éditorial de la semaine

Le temps de l’Avent

L’avènement du fils de Dieu dans le monde est une bonne nouvelle pour toute l’humanité. Beaucoup, hélas, ne le reconnaissent pas encore et le Seigneur compte sur nous pour faciliter sa rencontre avec ceux qui ne l’attendent pas ou qui l’ont oublié. Pour nos contemporains, nous pouvons avoir la mission Jean Baptiste. A notre mesure,  nous pouvons témoigner que la naissance de Jésus est un événement heureux qui nous rend plus reconnaissants, plus paisibles, plus proche des autres. Souvent, Dieu veut passer par ses disciples pour rejoindre ceux qui ne le connaissent pas. Mais si notre vie n’est plus conforme à l’image du Christ, si nous choisissons seulement ce qui nous fait plaisir en écartant tout ce qui nous dérange du message de la foi, comment pouvons-nous être des témoins crédibles ?  Ne devenons nous pas des témoins de notre propre personne ? Et s’il n’y a plus de témoins dignes de foi, qui annoncera au monde l’avènement toujours actuel du Fils de Dieu ? Qui annoncera le salut par le moyen de la croix ? Qui témoignera de la joie d’être enfant véritable du Père ?

Quelle que soit notre vocation, en ce temps de l’Avent, laissons-nous convertir par l’amour du Christ. Il est exigent, parfois ses coups de frein sont durs, mais sa bonté n’a pas de limites pour toute personne qui s’abandonne à lui. Que ce temps de l’Avent soit pour nous l’occasion d’un renouvellement dans la foi afin que nous témoignions avec joie de l’avènement du Fils de Dieu dans le monde.

Père Bernard  Miclescu